Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juillet 2011 7 24 /07 /juillet /2011 13:49

josephJoseph rentrait chez lui à cheval, quand il tomba dans une embuscade ; trois indiens se jetèrent sur lui de derrière les rochers, et l’un d’eux l’assomma d’un coup de tomahawk.
Quand il reprit conscience, il était attaché à un poteau, en position debout, le corps penché en avant. Il se redressa lentement, et se retrouva face à l’un des trois indiens qui l’avaient attaqué. Celui-ci l’attrapa par le col et s’adressa à lui en anglais : « On te dit prophète, tu vas donc nous aider ou tu mourras. »
« Je suis prophète, effectivement, répondit Joseph sans que sa voix ne trahisse la moindre peur, que veux tu de moi, et qui es tu ? »
« C’est moi qui pose les questions ! Lui lança l’indien, tu ne peux pas te défendre, et tu seras obligé de me donner les renseignements dont nous avons besoin. »
« Quels renseignements ? » Demanda Joseph.
« Nous voulons savoir où sont les trois Néphites. »
Joseph répondit : « Je l’ignore. Même moi n’ai pas le droit de le savoir. De toute façon, si je le savais, je ne le vous dirais pas. »
L’indien le relâcha, et sans dire un mot, il sortit son poignard de sa ceinture et trancha ses liens. Joseph s’écroula à quatre pattes dans la poussière. L’indien le toisait de haut avec mépris, puis il lui dit : « tu sais qui nous sommes. »
« Exact, répondit Joseph, le Seigneur vient de me le faire savoir, vous êtes les trois Lamanites. »
« Continue. » lui dit l’indien.
Joseph passa sa langue sur ses lèvres sèches, et il se mit à raconter : « Il y a3Nephites.jpg de cela dix-neuf siècles, Notre Seigneur apparut sur ce continent après Sa résurrection. Avant de repartir, Il désigna douze disciples parmi les Néphites, et il les chargea de propager Son Evangile dans le monde entier. Trois d’entre eux désirèrent vivre à jamais, et ce leur fut accordé.
Depuis plus de mille huit cent ans, ils voyagent à travers le monde en prêchant l'Evangile, ils vivent parmi nous, mais nul ne peut les reconnaître. On les appelle les Trois Néphites, Dieu les bénisse à jamais. »
« C’est très bien dit, répondit l’indien en aidant Joseph à se relever d’un geste fraternel, mais tu n’as pas raconté toute l’histoire. Raconte ce que ne racontent pas les plaques d’or. » Il lui tendit une gourde en peau, à laquelle Joseph but avidement, et il se mit à raconter :
« A la même époque, celle où Notre Seigneur Jésus Christ visita les Néphites, Satan visita les Lamanites. Il désigna, lui aussi, douze disciples, et parmi ces douze, trois désirèrent également vivre à jamais, et ce leur fut également accordé. Depuis de temps, ils recherchent les Trois Néphites pour les tuer.  »
3lamanites« Exact, répondit l’indien, nous sommes les Trois Lamanites, les ennemis des Trois Néphites. Dis nous où ils sont, et nous te garantirons une place de choix dans le Monde que notre Maître va instaurer. »
« Ce monde là ne m’intéresse pas ! Répliqua Joseph, je suis un serviteur du Dieu Tout Puissant, et jamais je ne servirai d’autre dieu que Lui ! »
L’indien, ou plutôt le Lamanite, brandit son poignard et en porta la lame sur le cou de Joseph en le menaçant : « Tu nous diras où sont les Trois Néphites ou tu mourras ! »
« Autant mourir. » rétorqua Joseph d’un air résolu, sans manifester la moindre crainte. Une lueur de colère passa dans le regard du Lamanite, qui attrapa Joseph par le col et s’apprêta à lui trancher la gorge.
À ce moment là, il reçut une flèche dans le bras et il poussa un cri, la douleur lui fit lâcher son poignard et le col de Joseph. Il arracha la flèche de son bras avec rage et releva la tête ; devant lui, debout sur un rocher, trois hommes armés, l’arc bandé, prêts à tirer sur les Trois Lamanites. L’un des trois hommes ordonna : « Laissez cet homme tranquille ! »
Un sourire de satisfaction apparut sur le visage du Lamanite : « Les Trois Néphites ! S’écria-t-il, enfin ! Cela fait des siècles que nous vous cherchons. »
« Nous ne voulions pas être trouvés. Cet homme est sous notre protection, et nous vous prions de le relâcher. Nos arcs sont bandés, prêts à tirer, pas les vôtres, qui sont posés à terre. Sachez qu’il y a suffisamment de force dans nos bras pour vous garder en joue jusqu’à la fin des temps. Relâchez cet homme, cela vaudra mieux pour tout le monde. »
Le Lamanite se tourna vers Joseph et lui dit : « Va, tu es libre, il ne peut en être autrement. Va les rejoindre, va rejoindre les Néphites, Néphite toi-même, tu leur ressembles. Il y a quatorze siècles, les Lamanites ont exterminé les Néphites, dis toi qu’ils pourraient bien recommencer ! »
Sur ces mots, le Lamanite fit un signe à ses deux compagnons, et ils cheval.jpgs’éloignèrent dans le désert.
Joseph se retourna pour remercier les Trois Néphites, mais ils avaient disparu, ce qui n’avait rien de surprenant. Puis il aperçut son cheval, qui venait vers lui d’un pas paisible, un autre miracle qui ne l’étonnait guère non plus. Il l’enfourcha et retourna chez lui au petit trot, inconscient des trois silhouettes lointaines, au sommet d’une colline, qui l’observaient avec bienveillance.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Les Contes De Wolfram

  • : Contes de Wolfram
  • Contes de Wolfram
  • : Contes et récits
  • Contact

Auteur

  • Wolfram
  • Rêveur, conteur, fou à lier
  • Rêveur, conteur, fou à lier

Recherche

Illustrations

Tags/catégories

Liens