Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 16:54

pharaonQuelques sept cent ans après notre départ de la terre, les ordinateurs de bord réveillèrent l’équipage du « Pharaon » à l’approche d’une planète de type M, similaire à la terre. Elle était habitée par une forme de vie intelligente, que notre « Prime Directive » nous interdisait de coloniser, mais nous permettait d’établir de bons rapports.
Cette planète s’appelait Lokob, ses habitants, qui ressemblaient très fort aux humains, avaient atteint un niveau technologique supérieur au nôtre. Leur civilisation était aussi plus ancienne.
Nous fûmes bien accueillis, les habitants n’étaient plus très nombreux, quelques milliers à peine, éparpillés sur toute la surface du globe. Non pas à cause d’un cataclysme, d’une guerre ou d’une épidémie, mais tout simplement à une baisse drastique de la natalité.
Ils vivaient avec leurs familles dans des pavillons éloignés des autres. Chaque citoyen était un seigneur qui régnait sur un domaine de deux mille kilomètres carré, ils menaient tous, sans exception, une vie luxueuse, il n’y avait aucun pauvre.
Ils nous autorisèrent à survoler leur monde avec une navette que je pilotais http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSxU9RDpfcKPwXVH6uA_ogF5TK-m882lwrfMC0RxfsjKHXBteOTFAmoi-même. Ce que je vis me remplit de surprise : au sommet d’une colline, il y avait une reproduction exacte du Temple de Salomon à Jérusalem. Du moins, selon la description donnée dans le Livre des Rois et le Livre des Chroniques.
Par curiosité, j’atterris sur le parvis, et un guide accourut vers nous, un sourire éclatant aux lèvres, ravi d’avoir enfin des visiteurs. Grâce au traducteur universel dont-ils disposait, le guide put répondre à nos questions avant que nous les posions :
« Vous avez, ou vous avez eu le même temple sur votre planète, et vous vous demandez pourquoi celui-ci se trouve ici ? Veuillez me suivre, mesdames et messieurs, tout vous sera expliqué. »
Il nous fit un signe de la main pour nous indiquer une salle obscure meublée de sièges confortables. Nous y primes place, et un écran en trois dimensions s’alluma devant nous. Une représentation du Temple de Salomon y était projetée, et pendant qu’elle pivotait lentement sous différents angles, une voix chaude se mit à commenter :

http://i391.photobucket.com/albums/oo353/virtuellife/ashtar06.jpg?t=1271403274Il y a quatre mille ans, les nations de la planète Lokob s’étaient unies sous une seule autorité, et Echonios fut désigné comme roi.
Echonios était ambitieux, le peuple de Lokob avait découvert l’hyper-propulsion, et l’univers (ou du moins la Voie Lactée, ce qui n’était déjà pas si mal) s’ouvrait à lui. Echonios le mena de planète en planète, il soumit tous les peuples qu’il y rencontra par le feu de ses fusils lasers et de ses torpilles photoniques.
Un jour, il arriva sur la planète appelée terre. Il posa son vaisseau dans le nord de l’Afrique, et il commença sa conquête en soumettant les lybiens, les éthiopiens, les soudanais, les égyptiens, puis il franchit le désert du Sinaï et s’attaqua au royaume de Juda et à celui d‘Israël. À cette époque, régnait sur ces deux royaumes le grand roi Salomon, roi et prophète, il n’était d’homme plus sage.
Echonios, plein de morgue et d’arrogance, se présenta à Salomon dans son palais et lui ordonna de se soumettre. Salomon lui répondit qu’il ne se soumettait qu’au Dieu d’Israël qui avait placé son nom à Jérusalem et régnait sur l’univers.
Echonios demanda : « Où donc est ton Dieu ? »
Salomon répondit : « Tu peux le rencontrer dans son Temple, sur le Mont Moriah que tu aperçois d’ici. » De là où il se trouvait, Echonios voyait en effet le Temple que Salomon avait fait construire au Dieu d’Israël.     Il s’écria : « Allons donc rencontrer ton Dieu ! »
Echonios se rendit au Temple sur le Mont Moriah, il traversa le parvis, il traversa l’enceinte sacrée et d’un seul pas franchit l’entrée du Saint des Saints, là où seuls les prêtres étaient autorisés à pénétrer. Il contempla l’Arche d’Alliance artistement ouvragée d’or, d’argent et de bois précieux. Sans aucune marque de respect, il l’ouvrit et y plongea la main.http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQtc2CWVN_GBu9AfdgAGHhU9Tw27ioysSeqM17sByQ4c2lOt3rT1Q
D’un seul coup, un cri abominable traversa tout le Temple jusqu’au parvis extérieur, là où se trouvait le bassin des ablutions soutenu par douze taureaux de bronze, l’autel des sacrifices et le bûcher.
Puis l’on vit Ochonios sortir en courant, en se tenant la main. Il se précipita dans le palais de Salomon et lui demanda : « Que m’as-tu fait ? Que m’a fait ton Dieu ? Parle ! »
« Je ne sais pas ce que t’a fait mon Dieu. Je ne sais pas ce qu'il te reproche, mais quoi que ce soit, ce n’est pas quelque chose de bien, tu dois lui demander pardon. » Répondit Salomon.
« Jamais ! » S'exclama Ochonios. « Si jamais je ne guéris pas, j’exterminerai ton peuple ! » Puis il sortit du palais pour rejoindre son vaisseau spatial.
Dans les jours qui suivirent, la main qu’Ochonios avait plongée dans l’Arche d’Alliance commençait à s’infecter, et une fièvre violente le gagnait. Il appela son général et lui ordonna d’exterminer toute la population de Juda et d’Israël. Mais le général, qui était un homme sage, lui dit : « Sire, je crois qu’il serait préférable de demander pardon au Dieu de Salomon. J’ai entendu parler de ce Dieu, et l’on m’a dit qu’il était très puissant. Tes armes et ta technologie ne peuvent rien contre lui. »
Ochonios protesta, mais il était tellement affaibli qu’il finit par céder. Il ordonna qu’on  le porte au Temple de Jérusalem, on le posa sur la parvis, face à l’entrée, et il déclara :  « Je demande pardon au Dieu d’Israël d’avoir profané son Saint-des-Saints. Je lui  demande humblement de mettre fin à ma souffrance. »
À peine eut il prononcé ces mots, qu’il fut instantanément guéri, et il put se lever de http://i391.photobucket.com/albums/oo353/virtuellife/ashtar3.jpg?t=1271403421sa civière sans peine. « Gloire au Dieu d’Israël ! » S’écria-t-il. « Maintenant, je sais qu’il y a un Dieu en Israël ! »
Ensuite, il remplit une urne de terre sacrée de Jérusalem, et il l’emmena sur sa planète. De retour sur Lokob, il fit construire une réplique exacte du Temple de Salomon, que vous pouvez voir ici, et il plaça l'urne remplie de terre de Jérusalem dans l'emplacement du Saint des Saints. Elle s'y trouve toujours. Et ainsi, depuis quatre mille ans, le peuple de Lokob rend gloire au Dieu d’Israël.

 

 

 

Le commentaire se terminait là. Nous visitâmes le Temple, tout en nous demandant si tout cela était véridique, s’il ne s’agissait pas d’un canular destiné à attirer les touristes spatiaux. Puis nous retournâmes à notre vaisseau le « Pharaon » qui nous attendait au Point Lagrange, et nous retrouvâmes nos douillettes capsules d’Animation Suspendue qui nous emmèneraient au pays des rêves.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Les Contes De Wolfram

  • : Contes de Wolfram
  • Contes de Wolfram
  • : Contes et récits
  • Contact

Auteur

  • Wolfram
  • Rêveur, conteur, fou à lier
  • Rêveur, conteur, fou à lier

Recherche

Illustrations

Tags/catégories

Liens