Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 août 2011 3 17 /08 /août /2011 19:53

Les Mulékites

 

http://www.michelledastier.org/images/Monde%20et%20paysages/paysages%20bibliques/babylonedetruite-prophete.jpgÀ l’époque où les Babyloniens avaient envahi le Royaume de Juda, ils avaient tué le Roi Sédécias en son palais, à Jérusalem, ainsi que tous ses fils. Un seul survécut, il était encore assez jeune, il s’appelait Mulek.
Mulek fut emmené par des oncles, des tantes, des cousins et des amis de nuit, à l’arrivée des babyloniens, hors de Jérusalem et hors de Juda. En se mêlant à une caravane arabe, ils descendirent au Yémen, où ils armèrent un bateau et prirent la mer.
Ils naviguèrent des semaines, des mois, sans savoir où les éléments les bateaumèneraient. Puis un jour, ils parvinrent à une terre inconnue qui portait des arbres et des animaux que nul n’avait jamais vus. Une terre où ils ne rencontrèrent aucun être humain. Ils choisirent un endroit propice et ils s’y établirent. Il bâtirent des maisons et commencèrent à organiser leur société. Ils avaient désigné Mulek, qui n’était encore qu’un adolescent, comme leur roi légitime.
La terre où le sort les avait amenés était généreuse ; ses bois regorgeaient de gibier, ses rivières et ses lacs de poissons, et la terre était si fertile qu’elle donna rapidement des récoltes, à partir des semences qu’ils avaient amenés, le bétails, qu’ils avaient amené aussi, prospéra rapidement. Et ils parvinrent à domestiquer des animaux natifs du http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcT-HqKbFqhf2S_-3gzekHBa7AbRobbJAA_tmJtyTebgEVOtF5ONpays comme les cumoms et les cureloms.
La vie se déroulait paisiblement, ce groupe humain, qui avait décidé de s’appler « peuple de Mulek » ou « Mulékite », se croyait seul dans ce pays. Il n’imaginait pas qu’un peuple ait pu y vivre avant lui.
Il l’apprit en explorant les alentours du campement, en découvrant une plaine couverte d’ossements humains, desséchés et blanchis par les années autant que par les intempéries, avec des fragmentshttp://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQtGQvkSzhIM56dg-U6LJvPSeFu644gVKxFqSLdFCz9kXZmNWMGPQ d’armes rouillées éparpillées çà et là. Ces ossements représentaient des milliers, voire des millions d’individus qui s’étaient entretués jusqu’au dernier.
Les Mulékites découvrirent aussi des ruines de cités qui portaient encore des marques d’incendies. Dans ces cités défuntes, ils trouvèrent une stèle de pierre gravée, qui avait résisté aux destructions, mais l’écriture leur était complètement inconnue.
Ces découvertes les remplirent d’effroi, ils se demandaient comment un peuple avait pu s’exterminer lui-même aussi complètement. Ils appelèrent cette partie du pays « Désolation », et décidèrent de ne pas l’habiter, se disant que ces lieux étaient sans doute chargés d’une terrible malédiction.
http://1.bp.blogspot.com/_KZpgJQWbveU/TMBYz9WP2rI/AAAAAAAAAxk/4pG8j9y9A14/s1600/238A-Image+People+Leaving.jpgIls occupèrent la partie du pays qui s’étendait dans la direction opposée et qu’ils appelèrent « Abondance ».
Le temps passa, et un jour, un étranger s’approcha de leur camp. Comme ils n’étaient arrivés que depuis peu d’années, et qu’ils avaient traversé l’océan sur le même bateau, ils se connaissaient tous, il était donc évident que cet étranger était arrivé comme eux en bateau ou bien qu’il vivait ici depuis toujours.
Tous les Mulékites accoururent à sa rencontre, pressés par la curiosité, le vieux.jpgquestionnant sans qu’il puisse répondre, car il ne connaissait pas leur langue. Alors Mulek, que ses compagnons avaient désigné comme leur roi, et qui était devenu un homme, intervint et dissipa l’attroupement autour de l’étranger. Celui-ci était très vieux et semblait épuisé, ses cheveux et sa barbes crasseux étaient emmêlés, et ses vêtements étaient à l’état de guenilles.
Mulek le prit doucement par le bras et lui fit signe de le suivre. Il l’emmena chez lui et lui offrit l’hospitalité. L’étranger se rétablit lentement, mais il était incapable http://4.bp.blogspot.com/-V_Z4N0N707Y/TXpSSB_fkII/AAAAAAAABRE/8-rfbtJB5bg/s400/311A-Image%2BCoriantumr.jpgde marcher longtemps et de faire des efforts intellectuels ou physiques soutenus.
Il fut donc impossible aux Mulékites de lui apprendre leur langue ni d’apprendre la sienne. Tout ce qu’ils parvinrent à comprendre, c’est que l’homme s’appelait Coriantumer.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Les Contes De Wolfram

  • : Contes de Wolfram
  • Contes de Wolfram
  • : Contes et récits
  • Contact

Auteur

  • Wolfram
  • Rêveur, conteur, fou à lier
  • Rêveur, conteur, fou à lier

Recherche

Illustrations

Tags/catégories

Liens