Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 septembre 2011 2 27 /09 /septembre /2011 12:47

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQJX_OCUZOg3XFky_FrRO4NtyUMzTPZpVEsJ0RwU24Gk_WatRecq9GKdzH3Il devait venir un jour, et il est venu. Ce jour là fur un jour de malheur. Il devait venir un jour, le Premier-Né, celui que le Dieu El avait oublié dans l’Abîme. Celui qui n’avait connu que les ténèbres allait devenir un prince de lumière.
Le Premier-Né, le Premier Fils illégitime du Dieu El, le plus vieux bâtard de tous les temps. Il n’avait pas de nom, sa mère n’avait pas voulu lui en donner, car il devait en gagner un à la force de son bras, il devait arracher le nom du Dieu El pour se l’approprier, le grand et redoutable Nom.
En effet, le Dieu El avait un Nom Ineffable que nul n’avait le droit de prononcer sans son autorisation. Ce Nom était si précieux que Dieu l’avait caché dans un coffre, au sous-sol de son palais dans les cieux, et l’entrée en était gardée en permanence par deux Chérubins Meurtriers armés et cuirassés de bronze. C’étaient des anges que Dieu avait conçu sans pitié ni compassion, il les avait créés pour tuer, et ils ne vivaient que pour çà. Il aurait fallu être suicidaire pour s’aventurer à voler le Nom de Dieu, on avait à peine le temps de faire un pas vers lui que l’on était tranché en deux.ange-meurtrier.jpg
Si le Dieu El faisait garder son Nom par des anges si terribles, c’est que son Nom était plus terrible encore. Utilisé à mauvais escient, on peut détruire l’univers rien qu’en le murmurant. Il faut être particulièrement pur et intègre pour en articuler les syllabes sans danger, mais il ne faut pas le faire devant n’importe qui ; autant il est dangereux à prononcer, tout autant il l’est à entendre. Les auditeurs doivent être, eux aussi, exempt de tout reproche.
Le Premier-Né avait juré à sa mère de se l’approprier. Sa mère, c’était la Déesse Tamiat, la Reine de l’Abîme, qui existait avant la Création. Pour créer le monde, le Dieu El avait commencé à combler l’entrée de l’Abîme avec de la terre et des cailloux. Tamiat protesta, et comme El ne voulait pas s’en aller, elle lâcha contre lui Léviathan. Pendant mille ans, Dieu combattit Léviathan et finit par le vaincre.
Alors Tamiat l’affronta elle-même. Elle était si forte et si déterminée à défendre son domaine, qu’elle terrassa El en le frappant avec son sceptre. Mais en usant de traîtrise, El la fit chuter, puis il se jeta sur elle et la viola sauvagement. Une fois achevée sa sinistre besogne, il la chassa au tréfond de l’Abîme et il finit de combler l’entrée avec de la terre et des cailloux, emprisonnant Tamiat pour une partie de l’éternité (voir : El et Tamiat).
Mais, enflammé par son désir, le Dieu El n’avait pas pensé qu’il aurait pu rendre Tamiat enceinte, et ce fut le cas. Elle mit au monde un garçon à qui elle ne donna pas de nom, nous l’avons dit, quand on parlait de lui, on disait : « le Premier-Né ».
armee-d-anges.jpgPendant des millénaires, Tamiat avait ruminé sa vengeance. Quand son fils sans nom arriva à l’âge d’homme, elle l’envoya à la surface de la terre pour affronter ce Dieu qui l’avait humiliée, et pour lui dérober son précieux Nom.
Le Premier-Né rassembla une armée dans l’Abîme, et en l’entraînant à sa suite, il emprunta les galeries des Troglodytes ; des Élémentaux qui préexistaient aussi à la Création. Quand El eut créé le monde, les Troglodytes avaient creusé des passages secrets pour communiquer entre l’Abîme et la terre, mais ils étaient rarement utilisés, car ils étaient très dangereux.
Le Premier-Né n’avait peur de rien, il emprunta un passage de Troglodytes entre l’Abîme et la terre, et il terrassa tous les démons qui se dressaient sur son chemin.
Quand il arriva à la surface de la terre, il y planta sa bannière pour en prendrehttp://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQfKOPvt_E3LgrUu7LaFjIeEra5An0WYE_YNONKnhDkgxZSaEnl possession. La terre se mit à crier, toutes les créatures se mirent à crier, et la mer et le ciel se mirent à crier aussi quand le Premier-Né planta le mât de sa bannière dans le sol. La terre venait de changer de maître. Ne restait plus que le Ciel, domaine privé du Dieu El, et ce n’était pas une mince affaire.
Mais le Premier-Né était intelligent, et plutôt que d’affronter El dans une rencontre brutale et meurtrière, il préféra utiliser des méthodes plus subtiles.
Il se procura d’abord un petit singe enchanté, puis il attendit la nuit et monta silencieusement au Ciel, en tenant l’animal magique dans ses bras. Il régnait la même obscurité que sur la terre. Arrivé devant la Palais du Dieu El, il dissimula le petit singe dans les plis de son manteau, et il descendit au sous-sol, où était caché le Nom.
Il arriva devant les deux Chérubins Meurtriers qui montaient la garde, il dégaina son épée, et avec un sourire de défi, leur lança : « Quoi donc ? Le Dieu El emploie des jeunes pucelles pour garder son bien ? »
Le visage dénué d’expression, les Chérubins Meurtriers dégainèrent à leur tour leurs épées, et se lancèrent à l’assaut du Premier-Né. Discrètement, en parant leurs premières attaques, il lâcha le petit singe enchanté en lui disant : http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQOtWfynM_g8KX2yV8FZhUD5ZupYFC07USw1yEthckJCUeVyJj9« Va, petit singe, va me chercher ce que je désire ! ». Ce petit singe enchanté était l’œuvre d’un nécromancien qui avait mal fini, quand on convoitait quelque chose, il suffisait de lui dire ces mots : « Va, petit singe, va me chercher ce que je désire ! » pour qu’il aille la
chercher.
Là, en l’occurrence, il s’agissait du Nom Ineffable de Dieu, la chose la plus difficile à voler de l’univers. Mais un petit singe enchanté de seconde catégorie suffisait au Premier-Né pour s’en emparer.
Le temps que le petit singe trouve le coffre, le temps qu’il l’ouvre (c’était très rapide, quelle que soit la serrure ou la solidité du coffre, un petit singe enchanté pouvait ouvrir n’importe quoi à une vitesse fantastique), qu’il s’empare du Nom et revienne, le Premier-Né affronta les Chérubins Meurtriers. Il était, à lui seul, aussi fort, sinon plus que les deux anges, il parvint donc à les tenir en respect sans mal jusqu’au retour du petit singe.
Il attrapa l’animal d’une main et partit en courant, il s’arrêta un instant pour rengainer son épée, et il lança aux Chérubins : « Merci, Messieurs, pour cet agréable moment ! » et il se remit à courir.
Les Chérubins Meurtriers le poursuivirent jusqu’aux limites du Ciel, d’où le http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSPbXV1KHrq56I9g62R_ES0Q5gihMz1l-d0KLIUqdYCKcyz96GVPremier-Né plongea d’un bond vers la terre. Les deux anges le regardèrent tomber en chute libre et disparaitre dans les nuages. Ils cessèrent là leur poursuite, car ils ignoraient que le précieux Nom dont-ils avaient la garde venait de leur filer sous le nez. Sinon, ils n’auraient pas hésité à plonger à sa suite.
Il possédait enfin ce que tout le monde possédait sauf lui : un nom. Et pas n’importe quel nom, c’était … non, désolé, je ne peux pas le dire, même par écrit. Le Premier-Né possédait maintenant un Nom redoutable qui donnait de redoutables pouvoirs à qui le portait. Il le contemplait entre ses doigts comme un bijou. Son éclat était inégalable. Il referma sa main dessus, et le tenant fermement dans son poing serré, il déclara : « Tout m’appartient ! »
Il envoya un équipage escorté d’une armée de Chérubins Meurtriers (maintenant, il avait autorité sur eux) au fond de l’Abîme pour ramener sa mère, la Déesse Tamiat. Quand elle arriva à la surface de la terre, son Fils, désormais porteur du plus grand Nom de l’univers, la reçut avec tous les honneurs et l’installa dans le Palais Céleste du Dieu El, qui était maintenant sa propriété.

Comment se termine cette histoire ? Mais elle est terminée. Personne n’a jamais eu conscience que l’univers avait changé de mains, parce que personne en haut lieu n’a jugé nécessaire de nous en informer. Çà fait pas mal de siècles que tout cela est arrivé, ce n’est pas si ancien que çà, et personne n’était au courant.
http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTO_TGrpWlQHnCTFZGJb77Lj57ZLAgolsR1Q1kqqvRoqpRYCHzcvAQu’est donc devenu le Dieu El, le Dieu originel ? Il était à l’autre bout de l’univers quand c’est arrivé ; il a brusquement senti qu’il perdait ses pouvoirs, c’était au moment précis où le Premier-Né s’était emparé de son Nom. Désormais, El était piégé, tout comme il avait piégé Tamiat au début des temps, il ne pouvait plus revenir sur la terre, qui était trop loin.
El ne pouvait plus aller instantanément là où il le voulait comme il le faisait d’habitude. Il pouvait revenir, mais cela allait lui prendre des millions d’années, même en volant très vite (il était, malgré tout, resté un être divin). Pendant ce temps là, le Premier-Né aurait eu le temps de consolider son pouvoir sur la Création.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Les Contes De Wolfram

  • : Contes de Wolfram
  • Contes de Wolfram
  • : Contes et récits
  • Contact

Auteur

  • Wolfram
  • Rêveur, conteur, fou à lier
  • Rêveur, conteur, fou à lier

Recherche

Illustrations

Tags/catégories

Liens