Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 12:32

http://ashtar.sheran.free.fr/ovni7.gifC’est une histoire classique ; Marouchka rentrait chez elle, en passant par le chemin de terre comme tous les soirs, la lune brillait dans son premier quartier, les étoiles l’accompagnaient et au premier plan, à l’horizon, se détachait l’ombre du bois et du clocher du village. C’était là qu’elle se rendait.http://ashtar.sheran.free.fr/ovni1b.gif
Soudain (je vous l‘avais dit, c‘est une histoire classique), elle vit quelque chose de brillant dans le ciel, çà ne volait pas très haut, çà ressemblait à un disque lumineux. Çà volait vite, et çà avait atterri dans un champ un peu plus loin.  Elle pouvait apercevoir l’objet posé sur le sol, pressée par la curiosité, avec l’insouciance de ses dix-huit ans, elle retira ses chaussures pour être plus à l’aise, et courut dans la terre fraichement labourée, manquant de se http://ashtar.sheran.free.fr/ovni3.giftordre les chevilles à chaque pas.
Elle était arrivée tout près de l’objet baignant dans sa luminosité, et elle se cogna dans quelque chose qui venait de surgir devant elle. Quand elle vit ce que c’était, elle poussa un hurlement comme jamais elle n’en avait poussé ; c’était une créature vraiment, mais alors vraiment affreuse. Vous avez déjà vu « Alien » de Ridley Scott (et des autres) ? Eh bien çà y ressemblait un peu, à part que çà avait des yeux. Des yeux méchants, diaboliques, qui luisaient d’une lueur infernale. Avec ce genre de regard qui n’inspire pas confiance et qui semble dire : « Tuer ! Tuer ! »http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQXIVn8iZjRpIj0ody3prKzp4hxM40oezyHlxc4SsBeXrpBa0sv
Comme je le disais, çà ressemblait à « Alien », la même forme de tête allongée, osseuse, avec deux rangées de dents longues comme des poignards, pointues et acérées, et de la bave poisseuse qui lui dégoulinait des babines. C’était franchement répugnant. Et son corps, qui comptait deux bras et deux jambes sur lesquelles le monstre se tenait debout, était noir et osseux comme la tête, avec d’horribles griffes aux mains et aux pieds.
La créature poussait des sifflements menaçants, elle leva ses mains qui ressemblaient à des serres devant Marouchka en ouvrant sa gueule, son abominable gueule de carnassier. Marouchka s’enfuit en criant, et le monstre la poursuivit avec des rugissements terrifiants. Elle se dirigea vers un champ de maïs et disparut au milieu des plants qui faisaient le double de sa taille.
Elle courut entre les rangées, se retournant de temps à autre en étouffant ses sanglots, de peur d’attirer la bête, quand elle se cogna à nouveau dans quelque chose. À nouveau, elle poussa des hurlements, mais il s’avéra qu’il s’agissait d’un homme, et même d’un bel homme, il tenait un genre de torche électrique à la main, et quand il éclaira son propre visage, la peur de la jeune fille disparut d’un seul coup. Devant cette tête bien faite aux traits réguliers, ces yeux d’un bleu profond et ces longs cheveux blonds qui retombaient dans le dos, elle se sentit apaisée.
http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTDvZ8W4cIvDRWrqAvOKHMVuArx39TdzZENWOvd9TRpdwJbUAz_« N’aie pas peur, lui dit l’homme dans sa langue, pourquoi cours-tu ainsi ? »
« Un monstre me poursuit ! » Répondit elle en montrant la direction derrière elle.
« Je te protègerai, lui dit l’inconnu, je suis là pour l’empêcher de semer la mort et la destruction. »
Ils sortirent tous deux de l’autre côté du champ, où était posé le vaisseau du bel étranger, il était de forme triangulaire et semblait flotter à cinquante centimètres du sol. Marouchka, qui connaissait à peine les distractions de la ville, était subjuguée par le lot de merveilles qu’elle avait vues ce soir.
« Qui êtes vous ? » Demanda-t-elle.
« Mon nom est Ochonios, je viens d’une planète lointaine quelque part par là, répondit l’homme en désignant une direction dans la Voie Lactée, je suis une sorte d’officier de police, ou de shérif sur mon monde, et je traque le monstre qui te poursuivait. Je suis chargé d’exterminer ses semblables partout où je les trouve pour les empêcher de massacrer les populations. Cette créature est très dangereuse, je te conseille de retourner chez toi et de t’y enfermer le temps que je m’en occupe. »
La jeune fille semblait ne plus l’écouter, elle le regardait, fascinée, et tendait la bouche comme pour l’embrasser. L’étranger répondit à cette invitation et ils s’étreignirent tendrement sous le clair de lune. Soudain, ils entendirent un alien.jpgbruit, Marouchka se retourna et aperçut le monstre qui les tenait en joue avec une sorte de fusil. Elle se dégagea des bras d’Ochonios, qui sortit une arme de sa poche, et elle s’enfuit en courant de l’autre côté du vaisseau. À peine se fut elle éloignée qu’une détonation retentit dans la nuit et Ochonios tomba, touché à l’épaule, ce qui lui fit lâcher son arme.
Marouchka se retourna, et en voyant le jeune homme en si mauvaise posture, fut prise d’un élan de courage et retourna sur ses pas. La créature s’approchait lentement d’Ochonios sans cesser de le tenir en joue, Marouchka s’interposa et releva vivement l’homme blessé en lui disant : « Viens ! » « Dans mon vaisseau ! » Cria-t-il. Une porte s’ouvrit dans la coque, et ils sautèrent à l’intérieur.
De sa main valide, Ochonios manœuvra les commandes, le vaisseau s’éleva et fila dans le ciel. Ils ne ressentirent pas l’accélération grâce au champ d’inertie et à la gravité artificielle.
Ils se posèrent non loin derrière un bosquet. Marouchka voulut soigner la blessure de l’étranger, mais il lui expliqua : « Mon vaisseau possède un service médical complet, ainsi qu’un Hologramme Médical d'Urgence. »
« Un quoi ? »
http://startreksansfrontiere.org/images/aides_de_jeu/medicale/equipement/hmu_mark-un.jpgEn réponse, Ochonios lança, comme dans le vide : « Ordinateur, ouvre le programme médical. » Aussitôt, un homme apparut, c’était un Hologramme Médical d'Urgence, un hologramme capable d’interaction avec la matière, donnant l’apparence d’être solide. Le médecin virtuel ressemblait à un homme d’une quarantaine d’années, chauve avec une large bouche, qui s’adressa courtoisement à Ochonios : « Que puis-je pour vous, monsieur ? » (Marouchka comprenait tout ce qui se disait, grâce à un traducteur universel inséré dans l’appareillage du vaisseau, c’est le genre de truc qui n’est jamais expliqué dans les histoires de SF).
« J’ai été blessé à l’épaule. » Répondit Ochonios en se dévêtant, aidé par Marouchka, et il se retrouva torse nu devant l’Hologramme Médical d'Urgence qui examina la plaie. « Je vois, dit-il, tir de phaser ? »
« Oui. »
« Que s’est il passé ? »
« Çà ne vous regarde pas, vous êtes médecin, pas enquêteur. En plus, vous n’êtes qu’une machine, veuillez faire votre boulot sans discuter ! »
Marouchka crut voir passer une lueur de tristesse dans le regard du simili-médecin, et celui-ci, à l’aide de ce qui ressemblait à une lampe-torche, se mit àhttp://startreksansfrontiere.org/images/aides_de_jeu/medicale/equipement/regenerateur_dermique.jpg traiter la plaie. Ce petit appareil, communément appelé régénérateur dermique, avait des effets miraculeux ; à mesure que la lumière balayait la plaie, les tissus de la chair se régénéraient à une vitesse incroyable, si bien qu’au bout de quelques minutes, la guérison était complète et il ne restait même pas une cicatrice.
Ochonios enfila un genre de polo et une veste d’allure militaire, et il dit : « Fin du programme médical. »
Aussitôt, l’image de l’Hologramme Médical d'Urgence se brouilla et s’éteignit comme un écran de télévision, un petit point lumineux persista quelques secondes, flottant dans l’air comme un luciole et s’éteignit à son tour.
« Quand je poursuivais la créature, en arrivant sur cette planète, il m’a tiré dessus et a endommagé mon appareil. Je peux effectuer des vols dans l’atmosphère, mais je ne peux plus aller dans le vide de l’espace. Je vais devoir  me cacher quelques temps, le temps que je le répare, j’aurai besoin de toi, m’aideras-tu ? »
Marouchka répondit avec enthousiasme : « Oh, oui ! Qu’est-ce que je peux faire ? »
« Tu surveilleras ce qui se passe, si le monstre s’approche, tu me préviendras tout de suite. »
« Tu peux compter sur moi ! Au fait, comment çà s’appelle ce genre de monstre ? »
http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSPUTTLpELft7BNt1QZ_2RR_EE7_mI3gFdBQr9pBSdO1idq4tgIKQ« C’est un Yaki, avec ses semblables, ils vont de monde en monde pour en massacrer tous les habitants. Ce sont des créatures cruelles et perverses, elles tuent pour le plaisir de tuer, elles ne connaissent aucune pitié, elles sont pires que des bêtes sauvages. Elles sèment la mort et la destruction derrières elles depuis des années, et des officiers de police galactique soont chargés de les éliminer. Elles ne sont pas très nombreuses, mais elles sont malignes, et il faut des experts comme moi pour les avoir. Ce soir, c’est elle qui a presque réussi à m’avoir. Mais je compte bien en finir avant de quitter cette planète. En ce moment, elle me cherche, et je dois rester caché tant que je suis vulnérable ; tant que mon vaisseau et mon armement ne sont pas opérationnels. Il ne faut absolument pas qu’elle me trouve avant que je ne sois prêt, je compte sur toi pour être vigilante. »
« Tu n’as rien à craindre, je serai très attentive à ce qui se passe autour de moi et à ce que j’entendrai dire. »

« Ah, j’oubliais, mon synthétiseur de nourriture est aussi tombé en panne, çà serait bien si tu me ramenais à manger en attendant qu’il soit en état. »
« Tout ce que tu voudras ! »
Il avait bien envie de lui confier un émetteur pour communiquer plus facilement, mais il avait peur qu’elle ne le montre autour d’elle. Il oublia l’idée et la prit dans ses bras, il la renversa sur le siège de pilotage où ils firent l’amour et elle repartit au petit matin.


http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQvQHfBZuNet_rTqkcr68onowdLUTK5kbrsmO-N2fA69t8v5CBXxw
Au village, le bruit courait qu’un loup-garou errait dans la campagne. Il  n’avait attaqué personne, mais il avait été vu, Marouchka courut le dire à Ochonios. « C’est une chance qu’il n’y a pas encore eu de victimes, dit il, il faut l’éliminer au plus vite avant qu’il s‘en prenne à quelqu‘un. Essaie de savoir où on l’a vu dernièrement. »
On avait aperçu un objet brillant se poser du côté d’un vieux moulin. Les habitants du village étaient tellement superstitieux et pusillanimes qu’aucun d’entre eux n’osa s’aventurer par là. Marouchka s’empressa d’en informer Ochonios, occupé à remplacer des fils et des fiches brûlés lors de l’attaque.
En entendant la nouvelle, il enfila sa veste d’allure militaire, ceignit une ceinture avec une arme ressemblant à un pistolet dans un étui de cuir, il prit aussi ce qui ressemblait à un fusil, un fusil d’aspect meurtrier, similaire à celui avec lequel le Yaki lui avait tiré dessus.
« Allons y, dit il, tu vas me guider. Tu n’as pas peur ? »
« Avec toi, je n’ai peur de rien ! » Répondit spontanément Marouchka, avec toute la foi qu’elle était capable d’exprimer.

Le Yaki avait dissimulé son vaisseau grâce à un bouclier occulteur le rendant invisible. Armé de son fusil à plasma, il recherchait Ochonios tel un prédateur. Cela faisait deux jours qu’il le traquait en vain, car lui aussi avait un bouclier occulteur. Les civilisations ayant atteint l’âge spatiale étaient toutes équipées de ce genre de technologie.
La créature rampait dans les herbes hautes, quand elle entendit un bruit. Elle leva légèrement la tête et vit Ochonios, armé lui aussi d’un fusil à plasma. Mais il n’était pas seul, une jeune fille, une autochtone l’accompagnait. Alors le yaki se dressa sur ses pattes arrières, et grâce au traducteur universel  qu’il portait autour du cou, Marouchka comprit ce qu’il disait de sa voix rauque : « Ochonios, lâche ton arme et mets les mains en l’air ! » Pour toute réponse, Ochonios saisit brutalement la jeune fille par le bras, pointa le canon de son arme sur sa tempe et s’écria : « Va-t-en, ou je tue la fille ! »

Marouchka n’en croyait pas ses oreilles, elle ne pouvait imaginer un tel revirement dans le comportement d’Ochonios, le bel inconnu qui l’avait sauvée du monstre. Mais, une minute… le monstre avait baissé son arme, il semblait ne pas vouloir risquer de la toucher en tirant sur Ochonios. Elle se rappelait aussi quand il avait tiré sur Ochonios la première fois, il n’avait fait feu qu’une fois que son adversaire avait sorti son arme, et il n’avait pas tiré quand elle s’était interposée. De plus, il n’avait fait de mal à personne depuis son arrivée.
D’un seul coup, tout lui sembla clair : le méchant n’était pas celui qu’elle croyait. Encore le thème classique développé dans les séries TV américaines bien-pensantes : il ne faut pas se fier aux apparences. Elle apprenait la leçon à ses dépends, elle avait fait confiance à ce salaud parce qu’il avait une belle tronche, et il avait profité de la situation.
Sans hésiter, elle donna un grand coup de poing dans les parties génitales d’Ochonios qui se plia en deux de douleur. Elle en profita pour courir vers le Yaki, alors qu’elle était presque arrivé auprès de la créature au physique repoussant, Ochonios avait épaulé son arme et s’apprêtait à lui tirer dessus. Le Yaki se précipita sur elle, la prit dans ses bras et se retourna au moment où Ochonios faisait feu. Il reçut une pleine décharge de plasma à bout portant dans le dos.
Le Yaki poussa un gémissement de douleur, il attrapa son pistolet attaché à sa ceinture, se retourna et tira sur Ochonios. Celui-ci esquiva la décharge, il s’apprêta à tirer à nouveau, mais son arme sembla s’enrayer car il ne parvint pas à tirer, alors il prit la fuite en courant.
Prise de compassion pour son sauveur, Marouchka l’aida à se relever. La créature était robuste, mais une décharge plasmique en plein dans le dos, çà ne pardonne pas, même pour un Yaki.  « Aide moi à aller jusqu’à mon vaisseau, s’il te plait, il n‘est pas loin d‘ici. » dit il à Marouchka.
« Avez-vous un Hologramme Médical d'Urgence à bord ? » Demanda-t-elle.
« Oui, mais il ne pourra plus rien pour moi, je suis trop sévèrement touché. »
« On va quand même essayer ! » rétorqua-t-elle avec détermination.
Peu de temps après, ils parvinrent à un bosquet, le Yaki actionna un bouton sur sa ceinture, et son vaisseau se désocculta en ondoyant comme un mirage. http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcR7xuB0pSNX19egvwKpSSf15eVSNMt5Xc4ji10uQXJ7rwxxKHBGC’était une soucoupe volante classique, je veux dire conforme à la soucoupe volante lambda décrite par Georges Adamski et autres Raëls. Une porte s’ouvrit dans la coque et des marches se déployèrent. Ils montèrent à bord, et Marouchka aida la créature à s’étendre sur un biolit. « Ordinateur, ouvre le programme médical ! » Ordonna-t-elle comme elle avait vu Ochonios le faire, supposant que le système était standard, et elle avait raison, car un Hologramme Médical d'Urgence semblable à celui qu’elle avait vu dans l’autre vaisseau apparut. « Docteur, supplia-t-elle, essayez de le sauver ! »
Le médecin virtuel balaya le dos du Yaki avec son tricordeur et il secoua la tête d’un air désolé : « Je ne peux rien faire, mademoiselle. » Marouchka baissa la tête et dit : « Fin du programme médical. » L’Hologramme Médical d'Urgence disparut et elle se mit à pleurer. La créature leva un bras et lui caressa doucement la tête. « Ne pleure pas, petite terrienne, tu t’es montrée très brave. »
« Pardonnez moi de vous avoir mal jugé ! » Lui dit elle.
« Je ne peux t’en vouloir, mon apparence peut être très effrayante pour ta race. »
« Qui êtes vous ? »
« Mon nom est Ilya, je suis un officier de police galactique, je suis chargé de traquer les criminels et de les ramener sur leur planète pour être jugés. Cela faisait plusieurs semaines que je poursuivais Ochonios, sur son monde, c’est un meurtrier très dangereux, il a assassiné des familles entières, c’est un être sans pitié, sans morale, d’une terrible cruauté, tu l’as échappé belle, si je n’étais pas intervenu, qui sait ce qu’il t’aurait fait, à toi et à ta famille. »
« Je vous remercie, vous vous êtes sacrifié pour moi, vous m’avez sauvé la vie. J’aimerais tant faire quelque chose. »
Le Yaki retira un anneau de son doigt et le tendit à Marouchka : « Mets le à ton doigt. » Lui dit il.
Marouchka hésita, Ilya insista : « Prends le, et mets le à ton doigt. »
La jeune fille obéit, elle prit l’anneau qui était trop grand pour elle, elle jeta un regard interrogateur au Yaki agonisant. « Dépêche toi, le temps presse. » Implora-t-il. Elle le mit autour du majeur de sa main droite, et l’anneau réduisit de taille jusqu’à s’adapter parfaitement en brillant d’une lumière verte palpitante. C’était un bijou magnifique, taillée dans une pierre verte ressemblant à de l'émeraude, un symbole était gravé dessus représentant un cercle avec un trait au dessus et au dessous, . « C’est le symbole de la police galactique, te voila désormais officier comme moi, je te désigne comme mon digne successeur. »
« C’est une blague ? »
« Non, le temps presse, vois cette machine avec un casque, installe toi sur le siège, le casque s’adaptera à ta taille, et tu apprendras tout ce que tu dois savoir. »
Marouchka s’’installa, le casque consistait en trois tiges recourbées destinées à se poser sur un crâne comme celui d’Ilya, mais il s’adaptait parfaitement au sien. En quelques minutes, elle apprit tout ce qu’elle devait savoir sur les civilisations qui peuplaient la galaxie, les différents dialectes qu’elle serait amenée à parler, les techniques de pilotages de différents types de vaisseaux spatiaux, des connaissances de base en astrophysique, ainsi que les textes de loi intergalactique qui régissent les mondes de la Fédération dont elle se trouvait désormais au service.
Quand elle retira le casque, elle était devenue un authetique Officier de Police Galactique. Ilya était près de mourir, il lui fit signe d’approcher, lui prit doucement la main et lui dit : « Répète après moi le serment des Officiers de Police Galactique :
En plein jour ou dans la nuit noire
Nul mal n’échappe à mon regard
Que ceux qui se prosternent devant le mal
Craignent la lumière de la justice !
» 
Marouchka répéta mot pour mot le serment, alors Ilya ferma ses grands yeux qui lui avaient semblé si vicieux et si diaboliques, et qui reflétaient maintenant tant de bonté et de douceur, puis il rendit son dernier souffle. L’anneau se mit à briller très fort, comme si leYaki y avait transféré sa force vitale en mourant. La jeune fille se redressa, comme animée par une force neuve, elle s’installa devant le tableau de bord du vaisseau, qui lui était désormais familier, et elle prit son envol.
Sur l’écran, elle repéra Ochonios en train de courir à travers champs. Celui-ci leva la tête, et en apercevant le vaisseau qui le poursuivait, il tenta de se réfugier dans un bois, mais Marouchka, qui avait acquis une dextérité extraordinaire dans le pilotage, bien que son expérience se limitait à quelques minutes, atterrit avec adresse entre le criminel et la lisière. Elle sortit de la soucoupe volante, un phaser à la main, et elle dit :  « Au nom de la loi, je t’arrête chéri, tu as le droit de garder le silence, tout ce que tu diras pourra être utilisé contre toi etc. etc. »
« Qu’est-ce que tu racontes, connasse ? » Lui lança Ochonios d’un ton méprisant. Marouchka s’approcha de lui, il se jeta sur elle pour lui arracher son arme, mais Marouchka n'était plus la gamine ignorante qu'il avait connue, elle était un Officier de Police Galactique confirmé, et l’appareil d’Ilya lui avait implanté des connaissances d’arts martiaux extraterrestres très efficaces. Avant même qu'il ne la touche, elle avait avancé la main et exercé une pression à la base de son cou, ce qui lui fit perdre conscience. Ensuite, elle appliqua un appareil anti-gravité sur son dos, un genre de disque métallique d'une dizaine de centimètres de diamètre, l'objet déploya quatre tentacules qui enserrèrent le corps d'Ochonios, et une fois le dispositif enclenché, il devint 
plus léger qu’une plume, ce qui lui permit de le transporter sans mal à l’intérieur du vaisseau.

Elle l’enferma dans une cellule de détention dont l’entrée était barrée par un champ électrique infranchissable, puis elle contacta l’état major de la police galactique. Un officier aux oreilles pointues et à la coupe au bol apparut sur l’écran. « Officier Marouchka au rapport, dit elle, je viens d’arrêter Ochonios, le criminel recherché sur plus de cinq planètes. »
http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQqrBbd5U67ehskET_EIwvip1uGtLvOvz2Ji-5WetB2wmg50Y2gLA« Nous vous attendons, officier Marouchka. » Répondit celui qu'elle avait reconnu comme son supérieur, et qui n'avait pas l'air plus surpris que çà en la voyant.

« J’arrive, dit elle, mais avant, avec votre permission, j’aimerais faire une dernière chose. »

« Permission accordée. »

Elle décolla et se rendit à la ferme de ses parents. Elle atterrit dans le champ qui se trouvait derrière la maison, ses parents sortirent en courant, son père était armé d’un fusil de chasse. Elle sortit du vaisseau vêtue de son uniforme d’officier flambant neuf que lui avait créé le synthétiseur de bord, elle tendit les bras et cria : « Papa, maman, je me suis engagée dans la police ! »
Ses parents, éberlués, ne purent répondre. Elle descendit les marches jusqu’à eux, les prit dans ses bras et leur expliqua en quelques mots ce qui lui était arrivé. « A bientôt, leur dit elle, je dois vous quitter, j’ai beaucoup de responsabilités maintenant. Je reviendrai vous voir de temps en temps, la galaxie n’est pas si grande. » Puis elle remonta à bord du vaisseau, leur fit un dernier signe avant que la porte ne se referme, et elle s’envola vers d'
extraordinaires aventures.

 

http://ashtar.sheran.free.fr/ovni3bex.gif


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Les Contes De Wolfram

  • : Contes de Wolfram
  • Contes de Wolfram
  • : Contes et récits
  • Contact

Auteur

  • Wolfram
  • Rêveur, conteur, fou à lier
  • Rêveur, conteur, fou à lier

Recherche

Illustrations

Tags/catégories

Liens