Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 novembre 2016 7 27 /11 /novembre /2016 06:06

 

Une génération passait, peut être deux avant que n'apparaissent au nord les premières glaces, il fallait alors partir.
C'est pour cela que l'on ne construisait pas de maisons, car on devait tout abandonner derrière soi pour fuir le froid, ce froid qui gagnait plus terrain avec le temps.
On allait se réfugier au sud, toujours plus au sud, il semblait que le monde n'avait pas de fin, on descendait vers le sud depuis des générations et des générations, et il y avait toujours des terres et des mers à traverser.
On se demandait avec angoisse ce qui se passerait le jour où l'on serait acculé aux limites du monde, ne pouvant plus fuir nulle part, avec ce froid qui se précipitait sur nous comme une bête sauvage.

 


Heureusement, le froid cessa d'avancer un jour, il commença même à reculer par endroits. L'espoir revint dans le cœur des hommes qui n'étaient plus qu'une centaine.
Les générations passèrent, cette centaine d'hommes et de femmes croissèrent et multiplièrent si bien qu'à la fin ils furent des milliers, puis des dizaines de milliers et des myriades qui peuplèrent toute la terre.
Malheureusement, à cause des unions consanguines auxquelles les avait contraints le sort, les hommes dégénérèrent, leurs capacités s'amoindrirent et leur intelligence diminua considérablement. Si le froid n'avait décimé leurs ancêtres, qui sait quels génies ils seraient devenus ?

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Wolfram - dans Essai Réflexion Prose
commenter cet article

commentaires

Les Contes De Wolfram

  • : Contes de Wolfram
  • Contes de Wolfram
  • : Contes et récits
  • Contact

Auteur

  • Wolfram
  • Rêveur, conteur, fou à lier
  • Rêveur, conteur, fou à lier

Recherche

Illustrations

Tags/catégories

Liens