Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 octobre 2016 7 09 /10 /octobre /2016 07:19

 

"Comme vous le savez, autour de la terre, il y a la Lune, Mercure, Vénus, le Soleil, Mars, Jupiter, Saturne, les Constellations et la Voie Lactée" énuméra-t-il, tel un maître d'école, désignant au fur et à mesure ce qu'il mentionnait de la pointe de sa baguette.
"La Voie Lactée, située à l'équateur de l'Univers, le partage en deux parties égales. C'est un océan d'étoiles liquides sans fond, on peut naviguer dessus et dessous comme sur de l'eau, mais si l'on tombe dedans, on a généralement peu de chances de s'en sortir.
Outre les démons qui en surgissent régulièrement pour se diriger vers la Terre, on sait qu'elle abrite des Kraken, des Shoggoths et toutes sortes de créatures redoutables, mais la plus dangereuse de toutes c'est Ouroboros, le Serpent Cosmique, on dit qu'il a existé avant toutes choses, on l'appelle aussi Léviathan ou le Serpent de Midgard, il est si long qu'il encercle complètement l'Univers. Il dort en maintenant le bout de sa queue dans sa gueule pour éviter de bouger dans son sommeil, s'il se relâchait, l'Univers se disloquerait. Le jour où il se réveillera sera un jour funeste, car il annoncera la fin des temps."

 


Il déroula un écran de papyrus par dessus de l'illustration murale, une autre illustration y était peinte, plus petite que celle du mur, elle représentait l'Univers de profil. Arès poursuivit son exposé :
"La Voie Lactée, les étoiles et les planètes sont disposées au milieu de l'Univers sur un plan en forme de disque, le partageant en deux hémisphères, elles sont rattachées à la Voie Lactée qui en fait tout le tour et tant qu'Ouroboros dormira, tout restera en place. Comme je vous l'ai dit, s'il se réveillait, les conséquences seraient gravissimes, il pousserait les bords des hémisphères qui se sépareraient, et tout ce qui se trouve à l'intérieur se disperserait dans le néant.
Les parois des hémisphères nord et sud, sont constituées d'une substance mystérieuse d'un noir profond que nul ne peut atteindre sans se désintégrer, elles marquent les limites de l'Univers, une émanation mortelle s'en dégage en permanence et elle dissout comme de l'acide tout ce qui en approche."
Il ré-enroula le panneau et reporta l'attention de son auditoire sur l'illustration murale.
"Chaque planète joue un rôle dans le plan cosmique. Leur fonction primordiale est de protéger la Terre, car elle est le Joyau de la Création. Je vous ai parlé de ces démons qui sortent régulièrement de la Voie Lactée pour voler à son assaut, ils surgissent de la Voie Lactée seuls ou en groupes, et nous, les habitants du système solaire, sommes chargés de leur interdire l'accés à la Terre.
La première ligne de défense, ce sont les Constellations, dont les étoiles tressent une clôture entre la Voie Lactée et les planètes, les figures du Zodiaque en sont les piliers. La plupart des créatures qui surgissent de la Voie Lactée se retrouvent empêtrées dans cet amas comme dans un buisson de ronces.
Celles que cette clôture n'arrête pas sont tout de suite détectées par les habitants de Saturne, dont les sens sont surdéveloppés, ils alertent aussitôt les autres mondes en faisant scintiller les anneaux de la planète.

 


Les habitants de Jupiter se tiennent prêts, ils vivent dans un monde de tonnerre et d'orages permanents, avec le temps, ils ont appris à maîtriser la foudre et lorsque surviennent les envahisseurs, ils les pulvérisent en un éclair. Peu de créatures survivent au passage de l'orbite de Jupiter, celles qui en réchappent doivent faire face aux guerriers de Mars.
Malgré notre armement sophistiqué des plus puissants de l'Univers, des créatures parviennent à traverser nos lignes et continuent leur périple vers la Terre.
Là, il leur faut franchir l'orbite du soleil sans se faire brûler par les mystérieuses entités qui vivent à sa surface et dont le Roi est Apollon, elles sont très discrètes et communiquent peu avec les planètes. Ce sont elles qui entretiennent le feu de l'astre dont dépend toute vie, elles contribuent aussi à éliminer les intrus de la Voie Lactée.
Ceux qui échappent aux habitants du Soleil doivent résister aux sirènes de Vénus. S'ils se laissent attirer par leurs chants, ils plongent dans l'océan et périssent noyés."
Avec tristesse, Catholicus et ses compagnons repensèrent aux deux malheureux qui avaient fini ainsi lors de leur passage sur cette planète.
"Et si malgré cela il en reste," continua Arès, "ils ont affaire aux habitants de Mercure, des sortes de grands singes en pierre vivante, capables de lancer des boules de lave à des milliers de lieues dans le ciel."
Les trois visiteurs hochèrent la tête d'un air entendu, ayant eux mêmes expérimenté l'accueil des Mercuriens.
"C'est ce qui produit les étoiles filantes," ajouta Arès, "les roches incandescentes lancées par les Mercuriens tombent sur la terre, généralement, elles sont réduites à l'état de cendre avant de toucher le sol, mais il peut arriver que l'une d'elles s'y écrase avant de se désintégrer.
"Comme la pierre d'Ensisheim ?"
"Exactement, nous sommes au courant de cet incident. Après Mercure," continua-t-il, "il ne reste plus que la Lune, qui constitue la dernière protection de la Terre. Elle possède un pouvoir d'attraction irresistible sur ces créatures qui s'écrasent à sa surface et ne peuvent plus en repartir, car elles perdent la mémoire et se retrouvent prisonnières pour l'éternité, réduites à un état semi-végétatif."
Dernancourt sursauta :
"Donc," dit il, "ces êtres que nous avons aperçus lors de notre passage sur la Lune étaient ?..."
"Oui," confirma Arès, "il s'agissait bien de créatures déchues qui n'ont pas réussi à atteindre la Terre. Je vous déconseille de retourner sur la Lune, à la longue vous perdriez aussi votre mémoire et seriez réduits à leur état."
"Nous nous en garderons bien !" assura Catholicus.
"Que représentent ces choses ?" demanda Dernancourt en désignant des traînées argentées qui parsemaient le tableau.
"J'allais y venir," répondit Arès, "il s'agit de sentinelles qui parcourent l'univers pour traquer les intrus. On dit que leur origine précède la Création, ce sont des guerriers aux grands pouvoirs que vous pourriez qualifier d'anges. Ils ne s'arrêtent jamais dans leur course, qui a commencé au début des temps sans jamais s'interrompre. Parfois, vous pouvez en apercevoir un au voisinage de la Terre, ils sont ce que vous appelez des comètes."
Il reposa la baguette sur le meuble et continua :
"Normalement, toutes ces mesures de défense sont suffisantes, mais parfois, il y a des créatures qui parviennent à atteindre la Terre, elles causent alors de terribles dégâts."
"Quel genre de dégâts ?" demanda Dernancourt.
"D'apporter le feu aux hommes, par exemple !" lança Ambroise Delaunay.

 


Catholicus et Dernancourt lui jetèrent des regards courroucés tandis qu'Arès, au contraire, hochait la tête en souriant comme un professeur satisfait de son élève.
"En effet, mon jeune ami," confirma-t-il, "apporter le feu aux hommes fut un des méfaits de ces créatures. Nous voulons éviter qu'elles ne fassent pire, alors nous patrouillons sans cesse notre secteur du ciel pour les arrêter."
"Vous dites que ces créatures viennent de la Voie Lactée ?" demanda Catholicus.
"Oui, on ne sait pas ce qu'elles sont vraiment, elles ont un aspect humain et sont très différentes des autres créatures qui peuplent l'océan cosmique, certains pensent pensent qu'elles proviennent d'un endroit situé au delà de la Voie Lactée."
"Comment serait ce possible ?" intervint Dernancourt, "en principe, l'Univers ne s'étend pas plus loin que la Voie Lactée, du moins c'est ce qu'on m'a appris"
"Il y a pourtant quelque chose de l'autre côté de la Voie Lactée, mais nous ignorons quoi, aucun de ceux qui s'y sont rendus n'est jamais revenu. Certains disent que c'est l'Enfer, le Paradis ou encore le Purgatoire, d'autres pensent qu'il s'agit d'un autre Univers."

Le Général Arès les fit ensuite conduire aux quartiers des invités, réservés aux personnalités diplomatiques des planètes de l'univers, eux ainsi que tous les passagers du Dame de Beaujeu qui furent logés dans de luxueux appartements.
Ils passèrent ainsi plusieurs jours sur Mars, Absolvus se porta volontaire pour faire visiter la planète en personne au capitaine Catholicus qui en apprit beaucoup sur la civilisation martienne et son histoire, que Dernancourt relate de manière abrégée dans son manuscrit, mais il serait trop long de la rapporter ici car elle commence à la Création de l'univers.
Ambroise Delaunay, quant à lui, passait beaucoup de temps avec le général Arès, qui semblait l'avoir tout particulièrement pris en amitié.
Le jour de leur départ, il vint en personne pour leur souhaiter bon voyage, puis, s'adressant au capitaine, il lui demanda :
"Pourquoi le jeune Ambroise Delaunay ne resterait pas ici, sur Mars, comme ambassadeur de la Terre ? Il pourrait nous en apprendre beaucoup sur la culture de votre monde, et lui même en apprendrait beaucoup sur le notre, nous avons une bibliothèque des mieux fournies de la Création."
Le jeune homme, que l'idée avait l'air de séduire, se tourna vers Catholicus qui lui donna son approbation d'un signe de tête, puis il répondit :
"Mon Général, se serait un grand honneur !"
"Mon Général," intervint Absolvus, "je me propose d'accompagner l'expédition du Capitaine Catholicus, s'il est d'accord, bien entendu, en tant qu'ambassadeur de Mars auprès des habitants de la Terre."
"Pour ma part, ce sera avec un immense plaisir que je vous accueillerai à bord de mon vaisseau," répondit Catholicus, " si le Général y consent. "
"Le Centurion Absolvus a mon autorisation pour se joindre à votre expédition. " répondit Arès.
Absolvus lui fit un salut romain, quant à Catholicus et Dernancourt, ils s'inclinèrent respectueusement avant de prendre congé.

 

 

<< Chapitre 4 - Chapitre 6 >>

 

Table des matières

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Les Contes De Wolfram

  • : Contes de Wolfram
  • Contes de Wolfram
  • : Contes et récits
  • Contact

Auteur

  • Wolfram
  • Rêveur, conteur, fou à lier
  • Rêveur, conteur, fou à lier

Recherche

Illustrations

Tags/catégories

Liens