Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 février 2016 3 17 /02 /février /2016 20:22

 

Un jour, Satan convoqua Gadianton le voleur et lui dit :
« Va, efface le souvenir des Néphites de la mémoire des hommes, que pas une trace ne subsiste d’eux. »
Gadianton fit ainsi que lui avait ordonné Satan, grâce aux combinaisons secrètes qu'il lui avait enseignées, il fit régner la corruption et le crime chez les Néphites, il fomenta des révolutions et des guerres, fit assassiner les plus grands esprits, brûla les bibliothèques et les écoles, détruisit tous les monuments, toutes les stèles et tous les documents écrits jusqu'à la moindre inscription.


 

Il excita aussi la colère de leurs ennemis de toujours, les Lamanites, qui les exterminèrent jusqu’au dernier.

Quand il eut terminé, Gadianton retourna auprès de Satan, s'attendant à ce qu'il fut satisfait, mais au contraire, il était furieux.
« Incapable ! » lui lança-t-il, « pourquoi as-tu désobéi à mon ordre ? »
« Mais, j’ai fait tout ce que vous m’avez demandé, Seigneur ! » répondit Gadianton en tremblant.
« Je t’avais demandé de détruire toutes les traces du peuple Néphite et il reste un livre rédigé sur des feuilles d’or qui raconte son histoire. Je ne veux pas que l’humanité se souvienne des Néphites. Trouve ce livre et détruis le ! »

 


Gadianton se retira de la présence de Satan et se mit à chercher le livre. Il le chercha partout dans le monde des siècles durant, en vain. Jusqu’au jour où il entendit parler d’un prophète appelé Joseph qui l’avait trouvé.

 


Se faisant passer pour un pèlerin, Gadianton lui rendit visite et tâcha de lui faire croire qu’il voulait écouter ses enseignements.
Joseph n'était pas dupe, il lui dispensa néanmoins la Bonne Parole, mais lorsque Gadianton lui parla du livre en or, il s’enferma dans le mutisme.
Les jours suivants, Gadianton espionna Joseph en utilisant les combinaisons secrètes du diable.
Un matin, Joseph était parti au lever du jour, il avait pris sa carabine comme pour aller chasser et avait marché des heures durant dans la campagne. Il évitait systématiquement tous les chemins, il traversait les champs, les bosquets, les clairières et franchissait de nombreux obstacles comme des massifs de ronces ou des cours d'eau.
Ces épreuves manquèrent de décourager Gadianton qui le suivait de loin, bien obligé d'emprunter les mêmes passages que Joseph pour ne pas le perdre de vue. À plusieurs reprises, il fut tenté d'abandonner, mais il persévéra jusqu'au bout, tant il redoutait la colère de Satan s'il échouait.
Joseph finit par s'arrêter à la lisière d'un bois, il regarda autour de lui avant d'y pénétrer et se dirigea vers un grand chêne au pied duquel il s'agenouilla.

 


Il gratta le sol pour desceller une pierre cachée sous la mousse, plongea les mains dans le trou qu'elle recouvrait et en sortit un objet étincelant : un bloc de feuilles d’or gravées, reliées par trois anneaux d’argent. Il l'examina un moment, puis il le remit en place et reposa la pierre par-dessus.
Quand il fut reparti, Gadianton attendit quelques minutes avant de se rendre lui même à la cachette. Il souleva la pierre, sortit le livre d’un trou tapissé de pierres plates et commença à en tourner les pages d’or scintillantes.
Il réfléchissait à un moyen de le détruire, tel que l’exigeait son maître, Satan, quand une voix autoritaire lui ordonna :
« Remets ce livre où tu l’as trouvé ! »
C'était Joseph qui le tenait en joue avec sa carabine. Se voyant découvert, Gadianton serra le livre contre sa poitrine et prit la fuite. Joseph tira, le manqua et se lança à sa poursuite.
Il lui courut après à travers la campagne jusqu'à une chute d’eau. Là, il s’arrêta, saisi d’horreur, Gadianton s'apprêtait à y jeter le livre, le condamnant à se faire déchiqueter sur les rochers et emporter par le courant.
Il le supplia de ne pas faire cela, mais Gadianton avait déjà levé le livre au dessus de sa tête pour le lancer. Soudain, une flèche se ficha dans sa poitrine, il resta figé un instant dans son geste et tomba en arrière.
Le livre avait atterri sans dommage dans l’herbe, Joseph s'empressa de le ramasser et regarda dans la direction d'où venait la flèche ; le pied de la chute, où se tenaient trois hommes qui le regardaient en silence, deux portaient leurs arcs en bandoulière, le troisième tenait le sien en main.

 


Il les reconnut ; c’étaient les Trois Néphites, sous la protection desquels il se trouvait. Il leur fit un signe amical qu’ils lui rendirent avant de tourner les talons et de s’éloigner.
Il posa les yeux sur le corps de Gadianton, déjà, il tombait en poussière que le vent éparpillait, comme si tout cela n’avait été qu’un rêve. Alors Joseph replaça le livre dans sa cachette, en attendant que Dieu lui ordonne d’en prendre possession.

Partager cet article

Repost 0
Published by Wolfram
commenter cet article

commentaires

Les Contes De Wolfram

  • : Contes de Wolfram
  • Contes de Wolfram
  • : Contes et récits
  • Contact

Auteur

  • Wolfram
  • Rêveur, conteur, fou à lier
  • Rêveur, conteur, fou à lier

Recherche

Illustrations

Tags/catégories

Liens